choix
Un choix de vie

Des bâtiments classés historiques au fond de l'eau!
L'excellente revue spécialisée FLUVIAL nous apprend que les deux derniers bateaux-lavoirs de France et peut-être d'Europe, classés monuments historiques depuis 15 ans, n'ont pas supporté à Laval les dernières crues de la Mayenne. Ils avaient été entièrement restaurés et transformés en musée. L'un des deux, le St Julien, long de 28m et large de 5m20, comprenait deux étages: en haut un appartement et les cuves de bouillage du linge, en-dessous, au niveau de l'eau, les bancs et les planches des laveuses (lavandières comme au Portugal?).
La municipalité de Laval prévoit de renflouer ces témoins de la Belle Epoque.

Les Vikings reviennent!

Du Monde daté du 30/09/2008: Une entreprise danoise, Waterliving, en phase de développement, commence à prendre des commandes de résidences flottantes en Grande-Bretagne et en Allemagne après en avoir vendu une vingtaine au Danemark. "Cerise sur le bateau" (sic! le Monde se lâche...) ces houseboats de luxe de style contemporain scandinave sont "écologiquement purs". Ils sont conçus pour être arrimés par 5 en grappe autour d'une plateforme terrasse qui supporte une centrale de traitement des effluents.

"Au Danemark, nos clients sont des petites villes qui veulent attirer des habitants et revitaliser leurs ports..." . Les prix commencent à 3000€ du m². A noter que l'habitat résidentiel flottant est vraiment un concept pris au sérieux par les danois puisque cette société s'ajoute à deux autres précurseurs compatriotes: Aquadomi et Aquahouse qui réalisent des structures flottantes de prestige jusque dans les pays du Golfe.

Lu dans la Presse

Amsterdam, lieu d'amarrage

De www.levif.be/weekend: Une dizaine de communes néerlandaises projettent de construire du "flottant" et le marché des "lots d'eau" est en pleine expansion. Dans un quartier d'Amsterdam, Ijburg, un "lot d'eau" est proposé entre 110.000 et 140.000€, libre ensuite d'y faire construire une maison flottante. "C'est un nouveau marché... nous allons en construire 40 cette année et 60 l'an prochain. Cela attire tout type d'acheteurs, des retraités comme de jeunes couples avec enfants. C'est une révolution néerlandaise: avant on se terrait derrière les digues, aujourd'hui il faut [profiter] de ce surplus d'eau..." selon un entrepreneur.

<<< retour Bibliographie
PLOUF!

MODELES

Bibliographie
Contacts
Historique
histoire
propositions Modèles de base
bibliographie
contacts

Eau

à

construire